Learn more
Qu'est-ce que le e-commerce ?
Fournisseurs

Qu'est-ce que le e-commerce ?

Dropix vous propose de vous présenter ce qu'est le e-commerce avec sa définition, son histoire, ses business models, ses avantages et quelques conseils.

William Gaze
June 11, 2021

Le e-commerce, d’hier à demain

Des millions de clients potentiels, des frais généraux peu élevés et un potentiel illimité… Le commerce en ligne a l'air plutôt intéressant, n'est-ce pas ?

Dans cet article, nous allons traiter les aspects les plus importants du commerce électronique, vous montrer comment démarrer une entreprise de e-commerce, et analyser les tendances actuelles pour comprendre l'avenir de cette industrie de plus en plus rentable.

Qu’est-ce que le e-commerce ?

"E-commerce", abréviation de "commerce électronique", signifie l'achat et la vente de produits et de services sur Internet.

Le commerce traditionnel nécessite d’avoir un magasin. Avec le e-commerce, il s’agit d’un magasin en ligne.

Le revendeur ne se trouve pas dans la même pièce que ses clients. La majorité des activités de promotion des ventes et de ses activités sont menées sur Internet.

Le e-commerce comprend différents business models (ex : le dropshipping), mais en général, si c'est de la vente en ligne, alors on généralise avec le mot « e-commerce ».

Vous avez probablement rencontré les termes suivants qui peuvent être utilisés pour le e-commerce :

- Achats en ligne

- Achats sur Internet

- Vente en ligne

- Commerce en ligne

- e-business

C'est précisément à cause du premier terme, les « achats en ligne », que le e-commerce a gagné en popularité.

Dans les années 1990, les gens n'étaient pas prêts à acheter des produits en ligne. Cependant, nous sommes actuellement dans une situation où tant les petites entreprises que les grandes chaînes comme Carrefour ou Fnac vendent leurs produits en ligne.

Mais comment en sommes-nous arrivés là ?

Quelle est l’histoire des achats en ligne ?

Si l'idée de traiter les transactions sur Internet remonte aux années 60 et que le premier acheteur en ligne a acheté dans un magasin Tesco en 1981, le e-commerce tel que nous le comprenons aujourd'hui n'a pris son essor qu'à partir des années 90.

Le premier achat reconnu comme un achat en ligne a eu lieu en 1994, lorsque le New York Times a décrit comment un homme a utilisé Internet pour acheter un CD.

C'est en 1995 qu'Amazon et eBay ont tous deux été lancés. À cette époque, le web était chaotique. Personne ne savait vraiment où trouver les produits qu'il voulait acheter.

(Demandez à Google !... Ah… Non… Google n'est apparu qu'en 1998.)

Ce n'est qu'en 1999, avec le lancement de PayPal, que les achats en ligne ont vraiment pris de l'ampleur.

Les gens avaient peur de partager leurs informations financières sensibles avec des étrangers virtuels, surtout lorsque les pirates informatiques pouvaient intercepter leur connexion à tout moment.

Lorsque PayPal a lancé son activité, les choses ont commencé à s'améliorer pour les propriétaires d'entreprises de commerce en ligne.

En parallèle, le nombre d'internautes a rapidement augmenté. Les gens ont enfin compris à quel point il était pratique de faire ses achats en ligne. Et grâce à PayPal qui assure le bon déroulement des transactions financières, il n'y a plus rien à craindre.

Les ventes en ligne avaient atteint plus de 5 milliards de dollars au cours du seul quatrième trimestre 1999.

Même si la bulle Internet a éclaté au début des années 2000, les achats en ligne sont devenus une pratique courante.

De plus en plus d'entreprises ont commencé à vendre en ligne.  Des sites de comparaison des prix sont apparus, permettant aux consommateurs de trouver les meilleures offres.

Lorsque Facebook a été lancé en 2004, il est devenu évident qu'il n'y avait pas de retour en arrière.

Le nombre d'internautes est passé à près d'un milliard, et de plus en plus de personnes rejoignent le web.

Les iPhones ont commencé à permettre aux clients d'utiliser Internet hors de leur domicile, et le monde entier a commencé à faire des achats en ligne.

En 2012, tout le monde était prêt à insérer sa carte bancaire en ligne, et le e-commerce a commencé à devenir un modèle commercial viable, au lieu d'être un simple complément pour les magasins physiques.

Si l'on examine l'histoire du commerce en ligne, quelques éléments apparaissent immédiatement :

Les consommateurs ont dû prendre l'habitude d'utiliser Internet pour obtenir des informations et faire des achats afin que le e-commerce gagne du terrain.

Dans les années 90 et au début des années 2000, l'obstacle le plus pressant aux achats en ligne était la sécurité. Après que PayPal eut introduit son alternative plus sûre au traitement des paiements, de plus en plus de personnes ont commencé à faire des achats en ligne.

Plus la technologie du e-commerce se développait, plus il était facile pour tout le monde de commencer à faire des achats et à vendre en ligne. Les petites entreprises ont pu facilement se lancer dans la vente en ligne après 2009, lorsque Shopify a lancé son application.

Et si les débuts ont été difficiles, 2021 est l'année idéale pour le e-commerce (l’après COVID).

Quelle est la situation du e-commerce en ce moment ?

En ce moment, il est ridiculement facile de lancer une entreprise de e-commerce.

Un entrepreneur potentiel du e-commerce d'aujourd'hui ne doit pas faire face aux défis auxquels les entrepreneurs ont été confrontés en 2005.

À l'époque, il fallait payer des dizaines de milliers d'euros pour faire réaliser son site de vente en ligne.

Aujourd'hui, les revendeurs peuvent choisir parmi les solutions e-commerce facilement disponibles, telles que Shopify ou Wizishop. La majorité des abonnements ne coûteront pas plus de 50 euros par mois au début.

En réalité, si le revendeur décide de faire du dropshipping (livraison directe), il n’a même pas besoin de stocker ses produits.

Actuellement, il est tout à fait possible de vendre des produits sans jamais les toucher soi-même.

Il existe un service de e-commerce pour chaque besoin d'achat en ligne.

Des plateformes comme Dropix mettent en relation les détaillants en ligne avec des fabricants et des grossistes européens.

Il y en a pour tous les goûts en matière de e-commerce.

Les prévisions de croissance du commerce en ligne du début des années 2000 se sont réalisées.

Selon la Fédération du E-commerce et de la Vente À Distance (FEVAD), le e-commerce français s'élève à 103,4 milliards d’euros en 2019 (+11,6% par rapport 2018) pour 190 000 sites marchands recensés cette même année. 1,7 milliard transactions ont été enregistrées.

Une grande partie de ce trafic provient d'Amazon. La plateforme représente 1 vente sur 4 en France en 2019.

Dans l'ensemble, il semble que nous ayons affaire à une industrie florissante qui montre des signes de croissance incroyables. Le e-commerce n'est certainement pas une mode passagère, mais une façon de faire des affaires au 21ème siècle.

Nous voyons également de nombreuses tendances avancées appliquées aux petites et moyennes entreprises du e-commerce, à savoir :

L'Intelligence Artificielle et l'automatisation pour le e-commerce

Les outils contemporains permettent aux propriétaires d'entreprises du commerce en ligne d'exploiter la puissance de l'intelligence artificielle et de l'automatisation pour les ventes.

Qu'il s'agisse d'attirer davantage de clients potentiels grâce à l'automatisation du marketing par e-mailing ou de tirer parti des chatbots des sites web qui font office de représentants commerciaux, une chose est claire : la technologie de pointe n'a jamais été aussi bon marché, et les revendeurs en ligne en tiennent compte.

Le "Social Retail"

Les réseaux sociaux ont commencé à se développer avec Facebook, et cela n'a jamais cessé. Ils forment toute une bulle technologique pour certains clients. Des plateformes comme Instagram permettent désormais aux e-commerçants de traiter les paiements et les transactions par l'intermédiaire de leurs réseaux sociaux.

Les expériences d'achat au moyen d'applications font fureur aujourd'hui, alimentées par le modèle de marketing d'influence qui fonctionne parfaitement pour le e-commerce.

L'abonnement

Les années 2010 nous ont également apporté une montée en puissance des sociétés SaaS (Software as a Service).

Au lieu d'acheter des licences pour les outils technologiques, les entreprises les proposent désormais à leurs clients moyennant un abonnement mensuel ou annuel. La réduction des coûts facilite grandement la création d'une entreprise avec tous les outils nécessaires.

La publicité intelligente

Comme de plus en plus de consommateurs bloquent les bannières publicitaires traditionnelles, les détaillants en ligne se tournent vers la publicité entrante.

Les consommateurs ne voient plus les publicités au hasard ; au contraire, chaque publicité qu'ils voient est hyper-personnalisée et répond à leurs intérêts, ce qui augmente les taux de conversion des revendeurs.

Actuellement, la publicité consiste à répondre aux intentions des clients potentiels et à leur donner ce dont ils ont besoin.

Quels sont les différents business models du e-commerce ?

Bien que le e-commerce soit un terme général pour les entreprises opérant en ligne, il existe quelques modèles commerciaux spécifiques :

Le dropshipping

Le dropshipping est généralement considéré comme l'un des meilleurs moyens de se lancer dans le e-commerce.

L'un des principaux avantages du dropshipping est la réduction des frais généraux.

Le commerce en ligne traditionnel exige que le revendeur stocke ses produits dans un entrepôt. Mais avec le dropshipping, il ne fait que les vendre. C’est le fournisseur qui s'occupe de la manutention et de l'expédition.

Tout ce que fait le revendeur, c'est commercialiser les produits, traiter les commandes et prendre sa marge sur les produits. C’est un excellent procédé pour élargir son catalogue produits lorsqu’on est e-commerçant. Cela permet également aux fournisseurs d’élargir facilement leurs canaux de distribution.

dropix dropshipping c'est quoi e-commerce

Pour une entreprise du commerce en ligne en dropshipping, ses principaux coûts seront le marketing et les ventes.

Si un revendeur souhaite tester le e-commerce, le dropshipping est un excellent point de départ.

La marque distributeur en e-commerce (« private labeling »)

Alors que le dropshipping se concentre sur la revente de produits qui existent déjà, la marque distributeur est le business model du e-commerce parfait pour les entrepreneurs qui ont une grande idée, mais des ressources limitées.

Lorsqu’un e-commerçant fait de la marque distributeur, il sous-traite la création de produits à des fabricants pour ensuite les vendre sous sa propre marque.

C'est un peu plus compliqué que le précédent business model, mais là encore, il réduit ses coûts car il n'aura pas à fabriquer ses produits lui-même.

Dans certains cas, il peut même demander au fabricant d'expédier les produits directement à ses clients (donc de la marque distributeur en logistique dropshipping).

L'autre version de la marque distributeur peut consister à acheter des produits aux fabricants et à y ajouter sa touche personnelle.

Par exemple, une brosse à dents est un produit générique. Il demande ensuite au fabricant de la personnaliser (ex : en changeant la couleur, en ajoutant d'autres caractéristiques,…), et d'ajouter sa marque au produit. L'un des principaux avantages de la marque distributeur est certainement la possibilité de personnaliser le produit à son goût et à son image de marque.

Dans l'ensemble, la marque distributeur est un secteur au potentiel énorme.  Sa croissance devrait quadrupler au cours des cinq prochaines années.

La marque blanche (« white labeling »)

S'il est possible de modifier les spécifications d'un produit lorsqu'on qu'un revendeur fait de la marque distributeur, il se contentera d'un produit générique s'il fait de la marque blanche.

À cet égard, la marque blanche est assez populaire dans le dropshipping. Il peut personnaliser son emballage, mais ne peut rien personnaliser du produit. Pour le dire simplement : c'est à prendre ou à laisser.

Lorsqu'il s'agit de marque blanche, c'est sa niche qui compte.

Il sera confronté à une forte concurrence, c'est pourquoi il est important de mener des recherches approfondies avant de sélectionner les produits qui seront proposés dans sa boutique en ligne.

Les entrepreneurs du e-commerce qui se concentrent sur la marque blanche différencient généralement leurs produits soit par leur prix (qui est moins élevé que celui de leurs concurrents), soit par la valeur ajoutée qu'ils apportent grâce à un contenu et une image de marque utiles.

L’impression à la demande (« Print-on-Demand »)

Ce business model du e-commerce convient parfaitement aux artistes et aux créatifs.

L'impression à la demande est exactement ce qui est sous-entendu dans le nom : l'imprimerie produit à chaque commande des clients et prend une commission sur la vente. Ce business model est également pratiqué en dropshipping car c'est généralement l'imprimerie qui expédie directement au consommateur final.

Normalement, il n'y a rien à payer à l'avance pour imprimer des livres, des toiles, des t-shirts, des tasses et d'autres produits. Il n'y a pas de frais généraux en soi ; il n'y a pas besoin d'un entrepôt.

Il y a juste besoin d'un site web de qualité et d'un flux constant de clients.

Kindle Direct Publishing d'Amazon est un excellent exemple de service d'impression à la demande pour les livres.  

Toutefois, si ce business model intéresse un revendeur, il devra mettre en avant son meilleur atout marketing. L'image de marque et le service client sont essentiels à la réussite de ce modèle e-commerce.

L’abonnement 2

Enfin, si le e-commerce est un commerce de détail en ligne, cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas l'utiliser pour offrir des services par abonnement.

Vous pouvez, par exemple, créer une entreprise d'abonnement qui propose de recevoir une box mensuel avec des produits d'un certain univers.

Le principal avantage des entreprises du e-commerce par abonnement est le fait d'obtenir des revenus récurrents. Toutefois, pour conserver ses clients, il faut se concentrer sur la qualité des produits et du service à la clientèle.

Le e-commerce traditionnel

Enfin, il est également possible de tout faire soi-même tout en exploitant une vitrine en ligne. C'est ce qu'on appelle le modèle commercial traditionnel du e-commerce, également connu sous le nom d'entreposage et de vente en gros.

C'est le e-commerce courant de Carrefour.

La seule différence entre le commerce de détail traditionnel et le commerce en ligne est le fait de vendre des produits en ligne, et pas (seulement) dans un magasin traditionnel.

Tout le reste est inchangé, de la gestion des stocks à la manutention et à l'expédition.

De plus, si l'e-commerçant est dans le secteur B2B, il peut également offrir des réductions aux clients qui commandent en grandes quantités. C'est la partie du modèle qui concerne le commerce de gros. S'il exploite déjà une entreprise rentable mais qu'il n'a pas encore créé de site de vente en ligne, il est intéressant d'envisager ce modèle e-commerce (ou de devenir fournisseur pour des revendeurs en dropshipping).

Quels sont les avantages du e-commerce ?

Avoir la possibilité de vendre partout où l'on veut vendre

Avec le commerce traditionnel, soit on est limité à sa zone géographique, soit on doit se préoccuper de la logistique et des coûts supplémentaires pour livrer ses produits à des clients qui ne se trouvent pas dans sa zone de chalandise.

Le e-commerce permet de surmonter cet obstacle.

Quel que soit son business model, il existe des services que l'on peut utiliser pour manipuler et expédier des produits dans le monde entier.

Des faibles coûts

Le e-commerce réduit considérablement les frais généraux.

Même si l'on part du fait qu'il n'est pas nécessaire de payer des milliers d'euros pour le loyer, il devient assez clair que le commerce en ligne génère un meilleur retour sur investissement.

Oui, il faut payer un site web et des abonnements à des plateformes e-commerce, mais il n'y aura pas à débourser des milliers d'euros chaque mois.

Des ventes 24h/24, 7j/7

L'une des meilleures choses que les propriétaires de commerce en ligne puissent vivre est de se réveiller pour découvrir qu'il a générer beaucoup de commandes du jour au lendemain.

Contrairement aux magasins ordinaires, une boutique en ligne reste ouverte 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Et grâce à la technologie d'automatisation, un revendeur peut faire de la publicité, traiter les commandes et expédier ses produits de manière automatisée.

La personnalisation

La personnalisation fonctionne très bien pour le marketing, mais aussi pour l'expérience client. Les outils d'automatisation sauront exactement ce que les clients (potentiels) veulent acheter, ce qui permettra au e-commerçant d'effectuer des ventes incitatives et croisées plus facilement que jamais.

L’évolutivité

Il est vraiment, ultra facile de faire évoluer une entreprise de e-commerce. Il n'y a même pas besoin d'embaucher plus d'employés. Il suffit d'améliorer son jeu de marketing, et les clients vont affluer.

Les entrepreneurs qui démarrent avec quelques dizaines de clients finissent souvent par en avoir des milliers dès qu'ils investissent dans le marketing stratégique, la publicité et le re-targeting (re-ciblage).

Quels sont les inconvénients du e-commerce ?

Heureusement, le commerce en ligne en a peu :

Le comportement du consommateur

Souvent, les gens veulent essayer les produits avant de les acheter. Malheureusement, pour la majorité des entreprises de commerce électronique B2C, ce n'est tout simplement pas une possibilité.

Il est possible d'atténuer ce problème en proposant des fiches produits toujours plus complètes.

La dépendance à l'égard de la technologie

Lorsqu'un revendeur gère une boutique en ligne, il s'appuie sur la technologie qui la fait fonctionner, de l'hébergement du site web aux outils d'automatisation qui relient son site au stock de ses fournisseurs.

Normalement, ce n'est pas un problème du tout. Cependant, si son site web tombe en panne, ses clients ne pourront pas y accéder. Par conséquent, il est rentable d'investir dans un hébergement fiable.

Le e-commerce est très compétitif

Le commerce en ligne a une faible barrière à l'entrée en raison des coûts de démarrage réduits.

L'essentiel est de différencier son produit et sa marque. Une bonne stratégie marketing et des produits de haute qualité contribueront largement à accroître sa part de marché.

N'importe qui peut-il faire du e-commerce ?

Pas exactement.

Certains produits et services ne sont tout simplement pas adaptés au e-commerce.

Par exemple, vous ne pouvez pas vraiment imaginer qu'un plombier puisse vendre ses services en ligne, alors que pour un commerçant, c'est tout à fait normal.

Cependant, le commerce en ligne fonctionne très bien pour les produits et services qui ne nécessitent pas d'être à proximité physique immédiate de ses clients.

De même, le e-commerce peut ne pas convenir si une clientèle cible a plus de 70 ans. Bien que les temps changent, les générations plus âgées peuvent encore se méfier de la technologie, surtout si les produits ont un prix élevé.

Bien sûr, il existe de nombreuses exceptions à cette règle, alors il faut s'assurer de mener ses propres recherches.

Enfin, il est important de comprendre que le commerce en ligne n'est pas un moyen de s'enrichir rapidement.

Il faut du temps et de la stratégie pour gérer avec succès une boutique en ligne. Si le revendeur n'est pas très doué pour la technologie, il doit investir dans des cours et des formations.

Toutefois, le principal avantage du e-commerce est la flexibilité.

Ainsi, même s'il semble que l'on ne peut pas en faire sur le papier, il faut s'en assurer à travers ses propres recherches et prendre la meilleure décision pour son entreprise.

Les petits sites e-commerce peuvent-ils concurrencer Amazon ?

Non, mais ils ne doivent pas vouloir participer à la compétition de toute façon.

La principale force d'Amazon réside dans son moteur de recherche.

Il est la ressource de référence pour des millions d'acheteurs chaque jour. Il serait inutile de rivaliser avec cela. Cependant, une bonne boutique en ligne qui est réputée pour ses produits et aimée par ses clients peut aller beaucoup plus loin.

Non, il est presque impossible de rêver de devenir aussi grand qu'Amazon. Mais il est possible de gérer une entreprise rentable et prospère en utilisant à la fois son site web et de grands sites comme Amazon grâce à sa marketplace. Il est possible de faire figurer ses produits sur les deux, tout en gardant sa marque bien en vue.

De cette façon, le revendeur a toujours un site marchand pour vendre, même si Amazon changent ses règles et ses algorithmes (et cela arrive plus souvent que vous ne le pensez).

Dans le même temps, le site marchand obtiendra d'eux un trafic et des ventes.

C'est une situation gagnant-gagnant !

Il faut simplement vérifier les règles, surtout lorsqu'on fait du dropshipping. Amazon exigent que le revendeur contrôle la qualité des produits avant de les expédier aux clients.

Quel est le futur du e-commerce ?

L'avenir du e-commerce est passionnant !

Si on souhaite garder une longueur d'avance, les nouvelles les plus importantes à surveiller dans le commerce en ligne sont :

- Le « private labeling » : Les grands acteurs réduisent leurs coûts grâce aux produits de marque distributeur. La marque de distributeur est un excellent moyen de développer son entreprise sans avoir besoin de milliards d'euros de financement.

- L'automatisation et la personnalisation : Les consommateurs préfèrent la personnalisation. Heureusement, il n'est pas difficile aujourd'hui de paramétrer son moteur de marketing de manière à ce qu'il ne montre aux clients que les produits qui les intéressent.

- Le e-commerce sur mobile est important : Un site web doit être aussi fonctionnel et attrayant sur les appareils mobiles que sur les ordinateurs de bureau. D'ici la fin d'année, 59 % des ventes se feront sur des appareils mobiles, il faut par conséquent s'assurer d'avoir pérennisé son activité en ligne.

- Les nouveaux marchés : Le e-commerce se développe partout dans le monde. Et comme de plus en plus de personnes de différents pays s'habituent à l'idée de faire ses achats en ligne, il est possible d'avoir accès à de nouveaux marchés facilement.

- Les expériences omnicanaux : Il ne faut pas oublier le pouvoir du « social retail ». Les clients veulent s'engager avec les marques sur les réseaux sociaux, dans les pop-up stores et par e-mail.

Dropix est la solution SaaS qui permet aux fournisseurs (marques, fabricants et grossistes) et aux revendeurs (sites marchands et marketplaces) de travailler ensemble facilement en dropshipping.

Vous pouvez prendre contact gratuitement avec notre équipe afin d’échanger sur vos projets et voir comment Dropix peut accroitre votre présence sur le web grâce au dropshipping.

ABOUT THE AUTHOR
William Gaze

Enjoyed this read?

Stay up to date with the latest video business news, strategies, and insights sent straight to your inbox!

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.